Groupe d'Études Historiques
de Verdun-sur-le-Doubs
Accueil


Les dernières parutions


N° 88/2017
À l’échelle de la Saône-et-Loire, le Verdunois occupe une place qui n’est pas tout à fait négligeable en matière de couvert forestier. Certaines communes abritent des forêts domaniales ou communales d’importance à côté de nombreux bois et forêts privés. On y rencontre des paysans faisant paître un maigre troupeau ou quelques cochons, des ramasseurs de bois mort ou de champignons, des charbonniers, des bûcherons et des scieurs de long qui sont devenus de vrais professionnels de la forêt, des cercliers... Les bois sont fréquentés et génèrent parfois des conflits durables. La forêt, c’est le monde du refuge, voire du secret et aussi celui des “hôtes de ces bois”, si chers à La Fontaine.
Aujourd’hui, sauf quand elle reste strictement privée, la forêt s’ouvre plus largement à la découverte et aux loisirs récréatifs.
Alors promenons-nous dans les bois et découvrons leur histoire.


N° 87/2016
Un bulletin riche et varié : les fouilles subaquatiques du moulin sur bateaux de Sermesse ont permis la découverte de meules des XIe au XIIIe siècles, un nouvel aspect de l'histoire passionnante de l'abbaye de Molaise, la navigation à Verdun/Doubs d'après un plan du milieu du XVIIIe siècle, l'érudit verdunois Abel Jeandet ET l'histoire, la dernière fromagerie artisanale de Longepierre, la visite de CP Dadant, éminent apiculteur et journaliste américain à Gergy en 1913, "les Copiaus", une décentralisation théâtrale réussie.


N° 86/2016


Les chemins de fer du Verdunois d'hier et aujourd'hui
    De longue date le Verdunois a occupé une place importante dans les échanges entre l’Est et le Sud. Le GEHV a déjà consacré plusieurs études sur cette position stratégique au cours des siècles. Le présent ouvrage s’intéresse à la manière dont cette carte favorable a été utilisée quand, au XIXe siècle, vient l’heure du chemin de fer.
    Voici l’histoire des trois liaisons ferroviaires du secteur installées durant le siècle et demi qui a vu leur installation, leur exploitation, puis, un jour, leur fermeture et parfois leur déménagement.
    Cette étude en longue durée permet d’inscrire les dispositifs ferroviaires dans des contextes économiques et sociaux très différents et dans des échelles d’aménagement du territoire qui ont profondément évolué. Ces mises en perspective permettent de comprendre les enjeux du rail et la manière dont les différents protagonistes - l’État, les collectivités territoriales (département et communes), les chambres de commerce, voire de simple particuliers-, s’y sont investis.
    Cette description du chemin de fer dans le Verdunois est celle d’un flux et d’un reflux qui illustre de manière
tout à fait exemplaire l’abandon des espaces ruraux par les grandes infrastructures contemporaines.